DANY LECLERRE AU BUDO CLUB SAMOURAÏ

Pour la deuxième fois, Dany Leclerre est venu animer un stage au Budo club Samourai, à Bruxelles, le 18 octobre 2002.

Une quarantaine de pratiquants de tous grades se sont retrouvés pour deux heures trente de travail intensif.

Les échauffements m’ont impressionnés. Ils se sont déroulés dans le silence, chacun exécutant les mouvements démontrés par Dany. Une sorte de communion s’est vite établie, un esprit collectif qui a dynamisé tout le monde.

Le cours proprement dit a débuté avec quelques exercices dont la conclusion était Sokumen. Dany Leclerre a insisté sur la nécessité de se déplacer contamment pour maintenir une relation parfaite entre Tori et Uke.

J’ai retenu quelques petites phrases qui résument très bien l’esprit de l’enseignement reçu cet après midi.

Dany Leclerre nous a expliqué et démontré que l’Aïkido n’est pas tant une question de rapidité mais que c’est avant tout une question de placement correct.

Pour que l’Aïkido produise toute la mesure de sa beauté, Uke et Tori doivent se déplacer de manière à pouvoir pratiquer ou subir une technique de la manière la plus efficace possible. Si Tori ne se centre pas correctement par rapport à Uke, il risque de ne pas pouvoir exécuter son mouvement correctement. Plus grave, il perdra efficacité et son partenaire pourra en profiter pour placer une contre-prise.

A contrario, si Uke ne se déplace pas en fonction de l’action de Tori, il entrave le travail de celui-ci et s’expose, non seulement à une plus grande contrainte, mais il lui donne aussi la possibilité d’un atemi.

Les pratiquants de l’Aïkido doivent être souples, attentifs et disponibles. Chaque mouvement pratiqué est porteur d’un enseignement qu’il faut saisir.
Lorsqu’on se trouve sur un tatami, la concentration doit être continue et le but est de réaliser chaque technique mieux que la précédente. Il ne s’agit d’éviter une répétition mécanique d’un mouvement mais de considérer chaque mouvement comme unique.

Cette recherche de perfectionnement demande à chacun d'être bien attentif à ce qu'il fait ou à ce qu'il subit. Uke ne doit pas tomber pour tomber, il faut qu'il ait senti la volonté de Tori, sa détermination. Alors seulement la chute lui permet d'échapper à une situation qui l’exposerait à un danger en refusant la chute.

Résumant son enseignement à la fin du stage Dany Leclerre nous a rappelé que le sentiment des participants doit être celui d'avoir passé une excellente après-midi. Le sourire de tous après le stage a démontré que ce but a été atteint.

Philippe Wyckaert - Budo Club Samourai