PREMIER STAGE DU BUDO CLUB SAMOURAI

Une première fort réussie

Pour son premier stage dans la cadre de l’AFA, notre club, le BCS, avait invité ni plus ni moins que Dany Leclerre.

Après nous avoir félicités pour l’atmosphère chaleureuse de nos installations (« un dojo qui a un bon œil »), DL nous a communiqué son objectif pédagogique : « A travers l’enseignement de l’Aïkido lors d’un stage, les participants doivent trouver un bien-être. L’étude doit aussi leur procurer une détente et un délassement. »

Lors de l’exécution des techniques, Dany Leclerre s’est employé à expliquer le travail de Uke.

En effet, si Aïkido est union, la beauté de l’art se dévoile pleinement si les deux exécutants construisent ensemble le mouvement..

Le placement correct de Uke non seulement permet à Tori de réaliser un beau mouvement, mais montre aussi sa vigilance. Ainsi, plutôt que de subir passivement l’action, il y participe pleinement.

Sa présence active dans le mouvement rend compte de son esprit martial car il est attentif à encourir le moins de dommage possible du fait de l’action de Tori. Mais sa présence active réalise aussi une fusion d’énergie avec son partenaire, une union des Ki, union qui est la base de l’Aïkido.

Lors de la saisie du poignet en Giaku, D. Leclerre nous a démontré que le placement un peu de biais de Uke par rapport à Tori anticipe l’action probable de Tori. Lorsque celui-ci exécutera Taï Sabaki, Uke, par son placement préalable, est en mesure de garder un contrôle sur la suite du mouvement. Cela signifie que si Tori exécute mal son mouvement, une contre prise est offerte à Uke. Par contre si Tori exécute un bon mouvement, Uke sera prêt à la chute.

Très remarquable également fut l’enseignement d’Irimi.

Tori exécute un vigoureux déséquilibre de Uke et l’amène quasiment au sol. La réaction spontanée de Uke est de se redresser, ce dont Tori profite pour rentrer l’Irimi. Uke ne pourra subir au mieux l’action de Tori que si, dans le déséquilibre, il avance la jambe intérieure. Dans le cas contraire, très mal placé, sa chute sera difficile.

Au terme de ce stage remarquable, nous avons réalisé que nous avions appris beaucoup de choses mais aussi que nous avions trouvé une agréable détente du corps et de l’esprit.

Personnellement, j’ai été frappé par la vision de Dany Leclerre sur le mouvement Irimi. J’ai eu l’impression de découvrir une technique que je ne connaissais pas encore. Ceci me démontre que l’Aïkido est un art vivant, varié et évolutif et que j’ai encore beaucoup apprendre en suivant la V oie.

Merci à D. L pour sa bienveillance et merci à tous les participants qui nous ont fait le plaisir de nous rejoindre.

Philippe Wyckaert - Budo Club Samouraï